Bonjour à tous,

je vais maintenant vous présenter le texte qui ferme Le pavillon mélancolique.  Ce texte achève une période, celle de la mélancolie et ouvre sur une nouvelle période, une nouvelle attitude face à la vie, un nouveau regard face au monde.

C'est aussi un hymne à la poésie.

 

Ce poème a déjà été présenté dans une autre communauté.  Cependant, je le présente à nouveau une dernière fois afin de clore enfin la période "Pavillon mélancolique". 

 

 

Le dernier texte

 

Peu de lettres écrites mais la pensée abonde en mots nouveaux.

Peu de lois gravées mais l'étonnement, purificateur du regard.

Elle me cherche à travers moi et n'est point traîtresse.

Elle est seule qui ne haïsse pas que je m'étonne de vivre en ce corps

ou que je m'y refuse.

Seule âme dont le dialogue ouvre enfin le monde au possible.

C'est la poésie seule qui choisit le poète en le rendant à lui-même

et lui  offre d'être sans choisir le silence.

Elle berce l'amour humain en devenir.

 

Ô l'embrassement jaloux de cette étreinte inséparable.

 


Pour fermer le pavillon
Retour à l'accueil