Bonjour,

Ce poème fait partie de la deuxième partie du recueil qui s'intitule :

                                            Vaines, amours vaines


Les poèmes de cette section, sont un peu plus personnels, pour

certains. Ils partent tous du sentiment de solitude et du manque

d'échange avec les autres, ou de la perte de l'autre, de l'absence qui

règne parfois (ou souvent)) entre les hommes, et ... des amours

déçues, qui ne se sont jamais réalisées.

 

Le poème suivant parle d'un amour déçu :

 

                                                                         Le rendez-vous 


                                                     Dressée sous le porche dégoulinant,
                                                             il y a moi seule qui attends.
                                                                     Habillée d'inanité,
                                                je suis absente à mon propre rendez-vous.
 
                                                    Je t'attends dans l'étreinte de l'aube.
                                                        L'aube où je sais depuis toujours
                                                           que je ne te trouverai jamais.
                                                               Je t'attends dans le noir,
                                                                  ce noir dont la cape
                                                                     ne te cache pas.
                                                                            Bientôt,
                                                   je te verrai poindre au bout du trottoir,
                                           tu perceras le décor pluvieux qui m'entoure.
                                                                            Bientôt...
                                                                        tu arriveras.
                                             Tu viendras vers moi, souriant peut-être,
                                                      et je te parlerai je te toucherai.
                                                                Puis tu disparaîtras,
                                                               le vent s'échappera,
                                                       que je serrai dans mes bras,
                                                                      en te rêvant.
 
                                                          Sous le porche affaissé,
                                                           je suis seule sans moi,
                                                et tu es absent à ce rendez-vous,
                                       que nous ne nous sommes jamais promis.

 

 

 

 



Illustration de Bernard Munier pour "Le Rendez-Vous"

Illustration de Bernard Munier pour "Le Rendez-Vous"

Retour à l'accueil