Voici le dernier poème de la section "Vaines, amours vaines"

 

                                            La Nuit, le Silence_absence 4_

 

            Autour de moi la foule, les regards

           et mes yeux emplis de vide,

           qui ne disent rien,

           et ne reflètent rien.

 

           Autour de moi se déroulent les voiles du silence,

           ses brumes et son soupir où n'habitent

           que des appels écrits pour le silence.

          Silence des voix, de nos regards,

          silence des voiles de la mémoire,

          qui est vide derrière nos visages.

 

         Autour de moi le silence,

        et son impénétrable surdité

        qui chante les ondulations impossibles du néant :

        "- On est seul et il n'y a rien derrière,

        que ce vide de vide de vide

        qui épouse les formes et les couleurs,

        qui se pare de sons et danse tous les mouvements."

        L'hiver, au soleil, récite ses leçons de neige :

        brûlure de la pierre, la vipère,

        impassible glacière qui te prend aux entrailles.

        L'hiver, au soleil, récite ses leçons de pierre.

 

        Et derrière moi, je sens se presser

        le regard agile de la Nuit.

        La Nuit ne ferme pas les yeux,

        ces yeux creux,

        ces yeux que l'aiguillon du jour

        ne crève pas,

        ces yeux de sang figé

        qu'on ne se voit tenir qu'ouverts.

        Yeux sans paupières et sans cils,

        et même sans pupilles.

 

 

Ce que nous appelons "lumière du jour","vie","bruit", "mouvements" perceptibles pour les sens ne sont en fait que "nuit", "mort", et "silence".

 

Novalis dit, dans Hymnes à la nuit : " Quelle est donc pauvre et puérile à mes yeux la lumière ... _ Et quelle joie, quelle bénédiction, que l'Adieu du Jour!". La nuit révèle la richesse essentielle qui s'atteint par la voie négative.

Seule la nuit  révèle nos origines en dévoilant les astres, d'où nous venons : 

 

La nuit, le silence
Retour à l'accueil